Hellébore

Abîmes infinis,
disparue soudainement au détour d’un chemin.
La faille incompréhensible s’est muée en gouffre,
les profondeurs dévorant le soleil,
multitudes assassines, ichor dégoulinant,
Le cœur sanguinolent, je reste là
à me demander pourquoi.

Publié dans Moi Même | Tagué , , | Laisser un commentaire

Mais que fait la police ?

Prise de tête avec mon grand, je le plante sur place.
Il se barre et n’est pas au RDV suivant. Il est en fait allé chez un ami (je l’ai su plus tard) puis a dit au père de cet ami de le ramener à un point de RDV qu’il avait décidé pour rentrer lui même à pieds, soit 13 kilomètres tout de même… Précision importante, comme il était en colère, il a coupé son portable. Et comme il ne connaît pas son code PIN, il n’a pas pu le rebrancher… Dans le noir et avec un beau morceau de chemin de colline.

M’enfin, ça on l’a su plus tard, le retour à pieds on l’a deviné. Du coup, me voila parti pour essayer de lui éviter cette route…
19h30…19h45…20h…20h15…

J’appelle le commissariat pour leur signaler la chose et leur donner la description de mon fils. Les municipaux prennent et me demandent d’appeler la Nationale.
A la Nationale, le gentil monsieur à l’accueil m’explique que ce soir c’est le ouaï, et que si je veux qu’ils s’en occupent, je dois passer faire une déclaration de fugue… Et qu’il ne prendra pas ma description du signalement pour le transmettre aux équipages vu qu’ils sont DÉBORDÉS. OK, je laisse tomber, je passerai peut être plus tard. Si je ne trouve pas mon grand. J’aurais bien aimé tout de même qu’ils aient son signalement, au cas où…

Donc, je cherche mon fils, du coup je passe par les petits chemins, notamment au pied de la colline, sur une petite route, au bout, tout au bout de l’endroit chic de la ville où j’habite. Et, quand je suis au bout du chemin, je descends de la voiture et gueule son nom, dès fois que. Sans résultats.

Et là, Ô surprise, en redescendant de là je me fais arrêter par une voiture de police qui me demande si j’habite là, ce qu’y fais et me demande mes papiers, et ceux de la voiture. Et pourquoi je crie aussi.
Comment décrire l’irrésistible sentiment de joie et de bonheur qui m’a envahi.
C’est le bronx, ils sont débordés au commissariat, mais trouvent le temps d’envoyer un équipage contrôler le péquenot qui crie au pied de la colline juste au bout du chemin de chez les riches.
OK, tout est normal.
Sinon, mon fils est arrivé pas longtemps après à la maison. Je l’avais manqué de peu.

Publié dans Rions un peu | Tagué , , | Laisser un commentaire

Free-style

Arriver pour une heure de vie de classe sans rien avoir préparé avec un collègue. Lui comptait sur moi, et moi je voulais garder les horizons ouverts, ne pas m’enfermer dans une démarche.
Même si, je savais ce dont il retournait : une classe d’oiseaux qui ont comme mode de communication premier les insultes et moqueries, ce qui peut dériver sur du harcèlement pour certains qui n’ont pas assez de répondant…

Là dessus le collègue fait installer les élèves en cercle. En vérité un carré de tables ou tout le monde est assis, mais nous on appelle ça un cercle. Normal, on est les plus forts.
Début poussif, parole peu libérée, ils ne se lancent guère. On patine sec.
Alors, je les mets en « activité », d’une façon inspirée librement du jeu du blason : Chacun à leur tour, ils se lèvent et écrivent un mot que leur évoque la classe. Ensuite, quand tout le monde a écrit un mot, ils ont du choisir deux mots positifs et un négatif.

« Sympathique », « bien », « bonne ambiance », et « trop d’insultes » ce sont installés largement en tête.
Et là, le débat a eu lieu. Au départ, il en est ressorti en gros que c’est normal de s’insulter à priori, mais qu’il faut faire attention à l’état d’esprit du camarade..
Ah ouais, normal quoi. Quelques élèves ont tout de même posé le fait que c’est désagréable, surtout quand c’est répétitif… Et puis, oui, tout de même, même si c’est entre nous, c’est vrai que les autres ne le font pas. Repatinage après cela.

Là le collègue a eu une idée super : il leur a proposé un défi : élire toutes les semaines celui qui a le moins dit d’insultes, et celui qui en a dit le plus.
Celui qui aura le moins dit d’insultes gagnera quelque chose, qui reste à déterminer (partie de bowling ? Ciné ? à voir et construire avec les élèves) et le « perdant » aura un gage (rendre service au groupe, on aura bien le temps de trouver, avec eux toujours).
Ils en sont sortis ravis, des gosses ces jeunes je vous dit, et ce soir j’ai eu une autre idée : leur proposer un truc sympa à faire en fin d’année si l’ambiance de classe est toujours bonne, mais sans les insultes.

CoOl, l’impro ça a du bon.

Publié dans pro | Tagué , , | Laisser un commentaire

Humour et vie de poussin irl

Reçu ce soir, un appel insistant d’un numéro inconnu sur la ligne fixe.
Ligne, qui cela dit en passant, ne sert quasiment plus qu’à ça, se faire pourrir la vie…
Au troisième rappel, je finis par décrocher.
 » Allo ? Allo ? me dit la voix au bout du fil
– Oui ?
– Monsieur Radeau ?
– Ah non, moi c’est Monsieur Delaméduse.
– Monsieur Radeau ?
– Non, pas radeau, De laméduse. »
Blanc.
– Bon, j’ai du me tromper ».
Et elle a raccroché illico.
Je suis même pas sur qu’elle ait compris.

Un peu plus tard je regarde le petit logiciel gratuit de compteur de pas que j’ai installé sur mon téléphone portable.
Pinaize, je suis à 10434pas à 20h. Objectif des 10000 atteint (deuxième fois cette semaine. Et je te garantis cher lecteur que c’est pas facile de les atteindre ces 10000 pas…)
Et là, j’avise une banderole de pub en bas de l’écran.
Pour un monte escalier…
Tout ça pour ça…

Publié dans Moi Même | Tagué , , | Laisser un commentaire

Allo la terre ?

Entre l’ouverture d’une information judiciaire qui voit comme réponse du concerné « le plus dur est derrière nous, je continue », et une convocation auprès des services de police refusée par une personne dont le fonds de commerce est le respect de la loi, je me sens juste écœuré.

Le premier a fait de la probité son cheval de bataille, au final, il arrive aussi merdeux que les autres tout en refusant d’assumer ses actes.
La deuxième chie sur l’Europe à longueur de discours et se réfugie derrière l’immunité que lui confère son statut de parlementaire…européen.

Je ne suis pas un bisounours, mais je comprends de moins en moins la planète sur laquelle vivent ces gens qui se permettent cela.
La colère gronde et monte, et je ne pense pas être le seul.

Publié dans Réflexions | Tagué , , | Laisser un commentaire

N’en jetez plus

Après la perte le refus de Miss I. de renouveler les démarches par rapport à la MDPH, et après la suppression de la reconnaissance du handicap pour Mister J., heureusement qu’il lui reste l’autorisation d’utiliser son matériel pédagogique adapté, nous avons eu une grosse baisse dans les rentrées d’argent.
Février s’annonçait compliqué, on avait 800 euros là pour le faire, avec tout ce qui devait être payé sorti.
Voila que la CAF nous sucre 400€ parce qu’avec ce que je gagne, ben j’ai droit à moins cette année. Le tout sans en avoir été avisé avant.
Malaise.

Publié dans Réflexions | Tagué , , | Laisser un commentaire

A ton avis ?

Une question pour de rire en passant comme ça hop !
Si le Fillon se retire, est ce que les électeurs-moutons vont être remboursés de leurs sous, ou cela va-t-il rester dans les caisses de ces voleurs ?
Non, je dis ça parce que tout de même.

Et question subsidiaire qui n’a rien à voir mais que je me pose : est-il normal que les personnes politiques aient le droit de se présenter à des élections alors qu’elles ont été jugées coupables de vol/détournement/escroquerie et autres joyeusetés ?
Parce qu’il y a des métiers pour lesquels cela interdit l’accès (enseignants, moniteurs et autres…)

Pour finir, comme l’a dit un illustre inconnu :
« Ce sont les métiers dits « sales » (éboueurs, égoutiers..) qui contribuent le plus à la propreté, alors que paradoxalement c’est dans les professions de prestige (comme politiques, financiers, hauts responsables…) qu’on trouve le plus d’ordures… »

Publié dans Réflexions | Tagué , , | Laisser un commentaire